Lille:alternataire

> Lil·bertaria > Langue picarde et propagande anarchiste > Babillarde d’un ouvri

In Le Combat, 1re année, n° 8 (10 décembre 1905)

Babillarde d’un ouvri

par Justin Pinot

lundi 30 janvier 2023


Article paru dans Le Combat (Tourcoing), 1re année, n° 8 (10 décembre 1905).

Boum ! cha y est, fo d’Justin j’n’ai jamaisvu parelle affaire. J’ai tout l’mond’ su l’dos,in m’in veut à mort. Pindant pus d’inn’ semaine, je m’sus attindu nommé des pus vilains mots qu’in puche supposer et d’tous les noms bêtes connus din nos indrots. Les calotins blancs, les calotins d’jaun’s, les calotins rouches, tous les calotins m’ervètent de travers, l’in d’eux, in jeun’homme tout fraichtmint rintré du service m’a foutu au nez nez qu’j’étos « inn’ volaille », j’in su resté comm’ deux ronds d’flan. Mais chin qu’y a d’pire ch’est que n’sachant pus dû donner de l’tête d’vant c’déluche de sottises, j’ai en l’malheur de négligi pindant tro ou quate
[fots ?] d’sute mes d’voirs d’homme marié invers Mme d’Justin Pinot, l’momèrc de m’fillc et d’mes deux garchons. D’sorte que, même din m’majon, l’cat est din l’horloche, in m’tourne l’tchu tout est in déroute.

Tout cha, ch’est canulant. Ête imbêté parc’que les bourgeos vous ont din l’nez
et vous impêche d’avoir de l’ouvrache, cha passe ; ête filé et impesté par l’haleine puante d’in mouchard inragi parc’ que s’femme l’fait cotchu avec des bleuzeux, cha peu s’tolérer ; mais s’vir mépriji par ses amis et din s’famille parc’ qu’in a des opinions avanchies, ch’est insupportable, cha lasse. Or ch’est uniquemint à cause de m’premire « Babillarde d’in ouvri » qu’in m’souhaite tous les malheurs imaginables. J’ai mantchi d’respcct invers l’suffrage universel, cha n’se pardonne jamais.

Ouais, ch’est parc’que j’ai dit mes doutes su l’utilité d’l’action électorale, ch’est pour avoir tu l’toupet d’parler d’nos misères et du découragemint d’gramint d’ouvris désabusés du bulletin de vote, ch’est pour avoir dit que l’fameux bout d’papi des élections n’peut pu servir que d’torchon din des commodités, au N° 100 [1], ch’est seulemint pour cheull’ bagatelle que j’sus honni par tertou — sauf par les anarchos, bin atindu.

Ch’est canulant, je l’répète, mais cha n’peut po m’impéehi d’continuer d’écrire, y faut que j’sos compris, cha sera dur, Proudhon a dit : « Il faut frapper sur les cerveaux connue sur une enclume pour y faire entrer les idées ». Mais ch’est possible, in répétant toudi l’vérité vraie in finit par avoir raijon avec ceux qui n’ont ni les quintchets ni les boyaux d’leu caboche bourrés d’berdoulle catholique.

J’n’ai po à répéter souvint chin qu’personne n’ose contester, chin qu’j’ai déjà dit, savoir : « Malgré qu’in vote d’mieux in mieux not’ misère augmente d’pus in pus ». Rin n’est pus “visible à l’œil nu” qu’cheull’ simple vérité là, tout à chacun peut s’in rind’ compte par li-mème. Les électeurs prolétaires — les ros d’vingt quatr’ heures tous les quatr’ ans — tout in ouvrant toudi comme des esclav’s et comme des forçats, sont bel et bin obligis pour vivr’ de s’norrir — aujord’hu comm’ hier — avec in peu d’pain, des peun’ terre et du lait battu, chin qui prouve que rin n’a tchangé din l’sens du mieux malgré l’fameux bull’tin d’vote.

Mais v’la qu’in m’dit qu’voter si cha n’fait po d’bin, cha n’fait po d’ma non pus, autant faire cha qu’aute cosse, in n’insi’ra po pus malheureux.

Ah, bé, saperlipopette, y n’faut tout d’mème po abuser de l’sacrée bêtise humaine, y n’faut po parler d’chcull’ façon, in ouvri surtout n’a po l’drot d’raijonner ainsi. Avec des bonimiats parels in finirot par faire croire à ces monsis les patrons qu’nous espérons bel et bin rester à tout jamais leurs exploités, leurs bêtes de somme. Or je n’suppose po que c’t’article là sot din not’programme — si toutefos nous avons in programme — ni din les intintions du grand nombre des travailleurs. J’ai des raijons d’croire que nous pinsons tout l’contraire et qu’in l’plache de vouloir rester des parias nous voulons arriver tôt ou tard, l’pus tôt possible, à êtes des hommes économiquemint égaux et libres. Y faut donc putôt s’demandcr si l’ouvri peut faire mieux que d’voter pour arriver à c’but là, I si, par l’pratique d’inn’ action différinte d’cheull’ qui est proposée par les amateurs des vaux légales, par les politiciens, y peut espérer améliorer sin sort, tchangi s’n’existinche, in in mot s’émanciper.

L’premire partie d’cheull’ question devro d’pu longtemps ête résolue pour tertou, cha n’devro pu s’discuter, quo qu’in fasse in petit ète seur de faire mieux que d’voter, chin qui n’est po difficile — y est putôt impossible d’faire pire. Y vaut mieux feumer inn’ bonn’ bouffardc au coin du fu de s’majon que d’aller faire vir à tout à chacun qu’in est "abruti par la tète" et capable au XXe siècle, d’aller acore, kif-kif des primitits démocratis, déposer in bull’tin din l’urne pour tches in in maîte.

L’deuxième parti de l’question est graimint pus sérieuse, parler des “voies et moyens” révolutionnaires. ch’est inn’ affaire q’in peut hésiter d’interprinte d’but in blanc. Y semble bin, in effet, qu’pour oser l’fairc y faut d’abord donner connaissance du système philosophique et social dont ces moyens fout nécessairement partie. Certaines explications sont a fournir pour fair’ comprinte logiquemint les raijons qui ordonnent d’imployi tel moyeu d’action putôt qu’tel aute, telle tactique révolutionnaire putôt qu’telle aute tactique parlemintaire et légale. Y faut d’abord exposer
1º inn’ partie négative, dire pourquo qu’nous sommes din l’misère noire et d’pus in pus malheureux din l’société capitaliste.
2º inn’ partie positive, cheull’société étant archi-mauvaise, dire qu’elle organisation sociale nous proposons pour assurer l’bonheur ou putôt l’bin-être d’tout l’monde,
3º faire connaître les moyens in rapport, les moyens conformes aux fins qu’in poursut, des fins ayant pour objet essentiel : l’émancipation complète des ouvris et d’tout à chacun din l’humanité.

Y faudra donc que j’attrape inn’fos pour toute min corache à deux mains pour vous écrir’ toute m’pinsée d’sus chin que j’vins d’vous dire, et, sacré mille pets d’nonnette, jcha n’s’ra po tout à fait facile. Mais « vouloir ch’est pouvoir » sitôt m’quaîne fini j’erpos’rai mes navettes pour erprinte l’porte-plume et faire bertonner pu d’inn’ bourrique. Pour aujord’hu y faut qu’j’in finiche, y a Mme d’Justin qui réclame pour sin pétrole et je n’veux po disputer avec l’momère de mes afants.

Ainsi donc, à l’semaine prochaine. Bonsoir à tertou… et s’femme, bonne nut à
tous.

D’Justin Pinot.

Notes

[1Argot pour latrines.


2002-2023 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre