Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > GDALE (CGA) & GroMéLiFA > Appel pour une campagne unitaire libertaire contre la précarité

Appel pour une campagne unitaire libertaire contre la précarité

dimanche 16 janvier 2005


Appel à l’ini­tia­tive de l’Union des Groupes Anarchistes Lyonnais, des grou­pes anar­chis­tes Emma Goldman de Bordeaux, de Loire-Atlantique, Jes Futuro de Lannion (Bretagne) et du Groupe D’Anarchistes LilloisES (GDALE)

1re ren­contre les 5 et 6 février 2004 à Lyon à la librai­rie anar­chiste la Plume Noire. Le GDALE y sera.

La pré­ca­rité, si elle est loin d’être une donnée nou­velle de la société capi­ta­liste, est deve­nue aujourd’hui une pro­blé­ma­ti­que cen­trale de nos vies. La casse des ser­vi­ces publics, l’accé­lé­ra­tion des poli­ti­ques libé­ra­les se réper­cu­tent direc­te­ment sous forme d’une atta­que géné­ra­li­sée sur tous les aspects sociaux : loge­ment, retrai­tes, chô­mage et tous les aspects économiques qui déter­mi­nent nos condi­tions de vie. Nous assis­tons à un pro­ces­sus global de remise en cause d’un statut acquis par les luttes socia­les en 1945. De plus, la pré­ca­rité se décline et se ren­force aussi autour d’oppres­sions spé­ci­fi­ques (ori­gine, sexe, ...) qui fra­gi­li­sent les indi­vi­duEs dans leur posi­tion sociale.

La pré­ca­rité devient (est deve­nue ?) le « statut » de base de la société actuelle. Avoir un emploi n’est plus suf­fi­sant pour être épargné par la pré­ca­rité. Quels que soient notre âge, notre niveau de pro­tec­tion sociale, nous subis­sons une pré­ca­ri­sa­tion de nos par­cours de vie. Le capi­ta­lisme étant de plus en plus exa­cerbé, la pré­ca­rité devient un mode de ges­tion à part entière.

Face à cette atta­que, les ini­tia­ti­ves de résis­tance poli­ti­ques et syn­di­ca­les « clas­si­ques » (pro­ches de la gauche) posent pro­blème car elles parais­sent accom­pa­gner ces régres­sions au lieu de pro­po­ser des alter­na­ti­ves. Dans ce contexte, l’impor­tance des consé­quen­ces de ce pro­ces­sus sur nos exis­ten­ces est encore mal mesu­rée. Beaucoup de gens pen­sent qu’ils vont pou­voir échapper à cette pré­ca­rité, qu’ils pour­ront s’en sortir.

Il existe évidemment des mou­ve­ments de résis­tance à côté des syn­di­cats et des partis poli­ti­ques « offi­ciels », mais qui man­quent d’une vision glo­bale des évolutions poli­ti­ques, économiques et socia­les. Les ini­tia­ti­ves de luttes sont mor­ce­lées, man­quent de coor­di­na­tion et de cohé­sion interne. Face aux évolutions socia­les, les formes de résis­tance tra­di­tion­nel­les appa­rais­sent en déca­lage. Les sché­mas sur les­quels on rai­son­nait ne sont plus opé­rants pré­ci­sé­ment parce que la pré­ca­rité entrave nos pos­si­bi­li­tés de révolte (com­ment être syn­di­qué par exem­ple lorsqu’on est en CDD, contrac­tuel-le, ... ?).

En paral­lèle, la pres­sion est cons­tante et va cres­cendo, sous forme de ce qu’on nous pré­sente comme une « moder­ni­sa­tion per­ma­nente ». En réa­lité les acquis sociaux sont déjà déman­te­lés et il y a une stra­té­gie d’atta­que per­ma­nente qui ne laisse pas le temps aux contes­ta­tions de contrer le mou­ve­ment. L’offen­sive nous touche sur tous les fronts à la fois et les luttes socia­les qui finis­sent vic­to­rieu­ses sont deve­nues rares, même lorsqu’il ne s’agit que de pré­ser­ver des acquis.

Face à cela, une riposte d’ampleur est néces­saire et urgente. Le mou­ve­ment liber­taire a déjà su mon­trer ses capa­ci­tés à déve­lop­per des ini­tia­ti­ves de luttes avec une ana­lyse glo­bale de la société asso­ciée à des pra­ti­ques concrè­tes. Nous pen­sons qu’une cam­pa­gne col­lec­tive per­met­trait d’avoir plus de visi­bi­lité et de poids contre cette pré­ca­ri­sa­tion géné­ra­li­sée de nos vies, d’autant plus que de nom­breu­ses ini­tia­ti­ves sont déve­lop­pées sur ce thème ici ou là.

Nous invi­tons donc toutes les com­po­san­tes du mou­ve­ment liber­taire à se mettre en lien pour déve­lop­per une cam­pa­gne contre la pré­ca­rité.

Dans cet esprit, nous pro­po­sons qu’une pre­mière ren­contre ait lieu à Lyon (ou ailleurs) les 5 et 6 février 2005 pour voir, avec celles et ceux que ça inté­resse, quel­les ini­tia­ti­ves seraient pos­si­bles.

Pour des ques­tions tech­ni­ques, nous avons besoin de vos répon­ses pour le 20 jan­vier 2005 au plus tard.

Salutations anar­chis­tes

- Union de Groupes Anarchistes Lyonnais c/o La Plume Noire 19, rue Pierre Blanc 69001 Lyon ; tel 04 72 00 94 10 E-mail : laplumenoire chez club-internet.fr
- Groupe Anarchiste de Loire Atlantique E-mail gala chez petitcanardnoir.org
- Groupe Anarchiste Emma Goldman, Bordeaux c/o Athénée Libertaire, 7, rue du Muguet, 33000 Bordeaux
- Groupe Anarchiste Jes Futuro BP 38, 22031 Lannion Cedex
- Groupe Anarchiste sans nom de Lille c/o AGDIR BP 79, 59179 Mons-en-Barœul

MERCI DE RELAYER L’INFORMATION AUPRES DE VOS DIFFERENTS GROUPES.


2002-2021 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre