Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > GDALE (CGA) & GroMéLiFA > Jusqu’à l’abolition du mariage... Le mariage pour toutes et tous (...)

Jusqu’à l’abolition du mariage... Le mariage pour toutes et tous !

tract distribué en décembre 2012

mercredi 19 décembre 2012


L’hété­ro­sexua­lité est une norme unique de vie et de rap­ports entre les indi­vi­du·e·s, norme défi­nie par le sys­tème capi­ta­liste et le patriar­cat. Elle est une des bases du sys­tème de domi­na­tion que nous subis­sons, qui aliène les uns et opprime les autres.
L’espoir que cer­tai­nes et cer­tains avaient fondé dans le chan­ge­ment de « per­son­nel poli­ti­que » à la tête de l’État, s’est très rapi­de­ment mué en doute quant à la réelle évolution de la société dans les domai­nes rela­tion­nels et inter­per­son­nels, pour ne citer que ceux-là. L’ouver­ture de la pos­si­bi­lité du mariage aux cou­ples homo­sexuels n’est que le cache-sexe qui vou­drait encore nous faire croire que le Parti Socialiste mène une poli­ti­que de gauche. Plus d’égalité entre les indi­vi­dus et plus de liberté indi­vi­duelle, cela ne peut se conce­voir que dans un cadre socié­tal où la volonté émancipatrice est le réel moteur des chan­ge­ments envi­sa­gés, une société où les divers sys­tè­mes de domi­na­tion ont été abolis. Nous sommes loin du compte !

Le sys­tème hété­ro­pa­triar­cal et cis­sexiste [1] exerce encore et tou­jours, au quo­ti­dien, ses vio­len­ces sym­bo­li­ques, phy­si­ques et sexuel­les contre les femmes, les les­bien­nes, les gays, les bi·e·s, les per­son­nes trans et les inter­sexes. Dans ce contexte, gagner le droit au « mariage pour toutes et tous » et le droit à l’adop­tion pour les cou­ples de même sexe ne mettra pas fin à la situa­tion de vio­len­ces ver­ba­les et phy­si­ques, que subis­sent les indi­vidu.e.s qui ne sont pas des hommes cis [2] hété­ros.

Le mariage reste une ins­ti­tu­tion liée à la société patriar­cale et étatique que nous reje­tons. Il est le socle de la famille nucléaire tra­di­tion­nelle – un couple hété­ro­sexuel et éventuellement leur enfants, cel­lule de base du patriar­cat. Il est la for­ma­li­sa­tion de l’appro­pria­tion du corps des femmes par les hommes et le ter­reau des vio­len­ces sexis­tes et sexuel­les. Le « mariage pour toutes et tous » est pré­senté comme une avan­cée qui per­met­tra aux cou­ples les­biens et gays d’accé­der aux mêmes avan­ta­ges maté­riels que les cou­ples hété­ros. Pour autant, il ne per­met­tra pas de nous débar­ras­ser de l’homo­pho­bie.

Depuis plu­sieurs semai­nes, l’espace public hexa­go­nal est saturé de dis­cours vio­lem­ment homo­pho­bes. Les mobi­li­sa­tions des 17 et 18 novem­bre der­niers ont vu défi­ler des dizai­nes de mil­liers de per­son­nes venues mani­fes­ter contre le projet de loi d’ouver­ture du mariage aux cou­ples homos. Le 17 novem­bre, une large coa­li­tion poli­ti­que a ras­sem­blé tout ce que le pays peut conte­nir de défen­seurs de la famille, de la droite extrême à la gauche bien pen­sante. Le 18 novem­bre, un ensem­ble de grou­pus­cu­les et frac­tions fas­ci­san­tes est venu déver­ser son homo­pho­bie en employant la force, les matra­ques, la vio­lence. Un silence com­plice accom­pa­gne ces mani­fes­ta­tions vio­len­tes et hai­neu­ses. Plus glo­ba­le­ment, celles-ci s’ins­cri­vent dans un contexte de réaf­fir­ma­tion viru­lente de l’ordre patriar­cal qui s’accom­pa­gne aussi par exem­ple d’atta­ques contre le droit à l’IVG.

Le mariage est une ins­ti­tu­tion à abolir. Cependant tant qu’il existe, il est pour nous impor­tant qu’il soit acces­si­ble à toutes et tous. Si nous sommes dans la rue, ce n’est ni pour défen­dre la famille ni pour qué­man­der à l’État une quel­conque forme de reconnais­sance. Si nous sommes dans la rue, c’est pour lutter contre toutes les domi­na­tions indui­tes par la société hété­ro­sexiste, quel­les qu’elles soient.

Notes

[1Le cis­sexisme est le sys­tème de domi­na­tion affir­mant la cis­sexua­lité comme norme, d’où pro­vien­nent les méca­nis­mes d’oppres­sion subis par les per­son­nes trans.

[2Une per­sonne cis est une per­sonne dont le sexe social cor­res­pond à celui assi­gné à la nais­sance.


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre