Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > GDALE (CGA) & GroMéLiFA > À bas le fascisme, l’extrême droite, l’État et le Capital

Manifestation antifasciste du 8 octobre 2011

À bas le fascisme, l’extrême droite, l’État et le Capital

samedi 8 octobre 2011


Les élections appro­chent et on voit res­sor­tir le spec­tre du fas­cisme. À Lille, des grou­pus­cu­les crypto-fas­cis­tes, iden­ti­tai­res et néo-nazis connais­sent un regain d’acti­vité (achat de pro­prié­tés sous cou­vert de « folk­lore régio­na­liste », concerts, ras­sem­ble­ments, auto­col­lants, trac­ta­ges et occu­pa­tions de lieux publics).

Les anar­chis­tes ont tou­jours lutté et conti­nue­ront à lutter contre la pré­sence fas­ciste. Les options racis­tes, auto­ri­tai­res, patriar­ca­les de l’extrême droite et de ses satel­li­tes sont en totale oppo­si­tion avec nos idéaux. Mais, selon nous, le fas­cisme ne se combat pas seu­le­ment quand comme aujourd’hui il devient plus visi­ble.

Le Pen dégueule, Gauche et Droite appliquent sa politique

Au moment du 21 avril 2002, on nous a fait le coup du grand ras­sem­ble­ment pour défen­dre la République dans les urnes. On oublie que la véri­ta­ble res­pon­sa­ble aura été la gauche plu­rielle de Jospin avec sa poli­ti­que anti­so­ciale. Les minis­tres de l’Intérieur du Parti « Socialiste » ont été sur la même lon­gueur d’onde que Sarkozy et les siens dans la chasse aux sans-papie­rEs ou la répres­sion (et Aubry ne s’illus­tre pas à Lille par son oppo­si­tion à la poli­ti­que pré­fec­to­rale). La Loi sur la Sécurité Quotidienne votée par la gauche plu­rielle à l’époque pré­pa­rait le ter­rain à la droite et allait à peu près aussi loin que les lois Sarkozy.

Ce der­nier a depuis mul­ti­plié les lois et aggravé la situa­tion. Depuis dix ans le bilan d’une droite sans com­plexe est excep­tion­nel­le­ment lourd : un matra­quage liber­ti­ci­des, une volonté de remise en cause de l’IVG, une chasse ouverte aux sans­pa­pie­rEs et aux migran­tEs, un racisme décom­plexé cri­mi­na­li­sant les musul­ma­nEs et les habi­tan­tEs des quar­tiers popu­lai­res, une cri­mi­na­li­sa­tion tou­jours plus grande des mou­ve­ments sociaux, une casse sociale phé­no­mé­nale (RSA, licen­cie­ments mas­sifs, pré­ca­ri­sa­tion des sala­riéEs et des chô­meu­reu­ses...).

Dans ce contexte, les fascistes sont à l’aise

De plus, le « renou­vel­le­ment » du monar­chi­que FN (où la fille hérite du père) permet à tout un ensem­ble de poli­ti­ques et d’intel­lec­tuel­les de « sortir du bois » et de pré­sen­ter ce parti comme un « vivier » d’idées à pren­dre en compte. Illes ne font que dire enfin ce qu’illes fai­saient ! Cette poli­ti­que d’assi­mi­la­tion des idées de l’extrême-droite par la droite et la « gauche » a favo­risé l’émergence de grou­pes encore plus extré­mis­tes, se pré­sen­tant par­fois faus­se­ment sous des traits anti­ca­pi­ta­lis­tes mais en réa­lité amou­reux de la hié­rar­chie et de la force, racis­tes, sexis­tes et homo­pho­bes. Ces grou­pes sont nui­si­bles et dan­ge­reux. Déjà direc­te­ment par leur vio­lence phy­si­que, mais également parce qu’ils peu­vent être uti­li­sés comme des épouvantails pour nous faire oublier toutes les atta­ques du pou­voir poli­ti­que contre la société, nous « occu­per » pen­dant que les partis de gou­ver­ne­ment conti­nuent leur tra­vail de casse sociale.

Le fascisme se combat dans les luttes, pas dans les urnes !

Combattre le fas­cisme, c’est s’atta­quer tous les jours à ses raci­nes : le capi­ta­lisme qui génère les iné­ga­li­tés, le chô­mage, l’insé­cu­rité sociale, l’État qui favo­rise l’injus­tice, le natio­na­lisme, le sexisme et le racisme. Prenons nos affai­res en mains ! Au-delà des élections c’est dans les luttes des anti-sexis­tes, des sans-papie­rEs, des sala­riéEs, des chô­meurs/ses, des loca­tai­res expul­séEs et exploi­téEs... que nous par­vien­drons à impo­ser un autre rap­port de force. Agir au lieu d’élire, à la veille d’une année 2012 d’avance gâchée pour les luttes socia­les par l’élection pré­si­den­tielle, c’est enfin nous per­met­tre d’être acteurs/rices de nos vies pour ne plus être à la merci de lea­ders plus ou moins mal­fai­san­tEs, de patron­NEs touTEs puis­san­tEs...

La lutte pour l’égalité économique et sociale est la seule réponse au fascisme

titre documents joints


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre