Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > L’Écho des sans-voix > 03, printemps 2001 > La mairie de Lille ouvre la chasse aux SDF

La mairie de Lille ouvre la chasse aux SDF

avril 2001


La mairie de Lille est cho­quée par des scènes scan­da­leu­ses qui se dérou­lent en plein centre ville : des hommes et des femmes qui dor­ment sur les trot­toirs en plein hivern, dont la plu­part souf­frent d’alcoo­lisme et qui, par manque d’alter­na­tive, uri­nent à la vue des pas­sant-e-s.

La mairie a décidé de remé­dier à ce pro­blème inconve­nant. Va-t-elle confis­quer des appar­te­ments lais­sés vides pour la spé­cu­la­tion et y loger les sans-abris ? Va-t-elle mettre à dis­po­si­tion des ins­tal­la­tions sani­tai­res pour leur per­met­tre un mini­mum d’hygiène ?

Loin d’elle cette idée ! Ce n’est pas vrai­ment la misère des sans-abris qui scan­da­lise la mairie. Elle est plutôt préoc­cu­pée des plain­tes de com­mer­çants du centre ville, qui consi­dè­rent que la pré­sence des sans-abris nuit à leur chif­fre d’affaire. Au lieu de com­bat­tre la pau­vreté, la mairie combat les pau­vres ! Elle a fourni un outil effi­cace à ses forces de l’ordre pour expul­ser les sans-abris du centre ville : un arrêté muni­ci­pal pré­voyant une amende de 75 FF pour consom­ma­tion d’alcool sur la voie publi­que dans l’« hyper­cen­tre » (La Voix du Nord, 19/10/2000, « L’hyper­cen­tre, c’est le centre du centre. Cela n’existe qu’à Tokyo, New-York et Lille. »)

Il ne s’agit évidemment pas d’une ini­tia­tive pour limi­ter l’abus d’alcool (pro­blème de société chro­ni­que en France, et sur­tout dans le Nord). Sur les ter­ras­ses des cafés, on conti­nuera à se saou­ler en toute léga­lité, à condi­tion d’avoir assez d’argent. D’ailleurs, la mairie ne cache pas que l’arrêté s’adresse en pre­mière ligne aux sans-abris. « Il s’agit d’abord d’inci­ter les SDF à chan­ger de com­por­te­ment », expli­que, à La Voix du Nord, Paul Dufour, res­pon­sa­ble muni­ci­pal de la régle­men­ta­tion. Depuis long­temps, l’alcoo­lisme est reconnu comme mala­die. En inter­di­sant la consom­ma­tion d’alcool aux alcoo­li­ques, la mairie cri­mi­na­lise les mani­fes­ta­tions d’une mala­die. Suivant la même logi­que, elle pour­rait aussi pro­hi­ber la cou­leur jaune des hépa­ti­ques ou les yeux rougis des aller­gi­ques. Du moins en centre ville… Cet arrêté incarne l’hypo­cri­sie de la société capi­ta­liste qui ne sup­porte pas la visi­bi­lité de cette pau­vreté qu’elle pro­duit pour­tant tous les jours. Au lieu de cher­cher des solu­tions aux pro­blè­mes sociaux, la mairie se contente de les cacher et de les rendre invi­si­bles, au moins dans les quar­tiers aisés et dans le centre ville.

L’objec­tif de la mairie est la trans­for­ma­tion de Lille en ville lisse, propre et moderne, une ville où rien ni per­sonne ne gène le bon fonc­tion­ne­ment du com­merce. Avant de tou­cher les sans-abris, la poli­ti­que d’expul­sion et de répres­sion s’était atta­quée au mou­ve­ment squat­ter et à celui des sans-papiers. À nous de rap­pe­ler à la mairie que la ville et son centre ne sont pas la pro­priété des com­mer­çants ni des hommes d’affai­res, ni des poli­ti­ciens muni­ci­paux méga­lo­ma­nes. La ville, c’est l’ensem­ble des habi­tant-e-s ; elle appar­tient à toutes et à tous !!! y com­pris aux squat­ters, aux sans-papiers et aux sans-abris. Le Collectif des Sans a déjà orga­nisé plu­sieurs actions contre cette hon­teuse poli­ti­que de ségré­ga­tion sociale, dont la plus spec­ta­cu­laire était sans doute la consom­ma­tion col­lec­tive et sym­bo­li­que d’alcool sur la Grand place. Dix mani­fes­tant-e-s ont été arrêté-e-s, six ont reçu une amende de 75 FF, ce qui a permis d’atta­quer l’arrêté muni­ciapl devant les tri­bu­naux. On peut d’ailleurs se deman­der si la mairie a vrai­ment inté­rêt à effa­cer tout ce qui fait la sin­gu­la­rité et le carac­tère de Lille. L’archi­tec­ture actuelle des cen­tres villes contri­bue à uni­for­mi­ser le visage des gran­des villes de pro­vince. Face à toutes ces villes jumel­les, il est évident que les hommes d’affai­res et les tou­ris­tes vont choi­sir Lille, à cause du soleil.

Martin Zumpe (GroMéLiFA)


2002-2021 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre