Lille:alternataire


> Centre Culturel Libertaire (CCL) > prix libre ?

prix libre ?


La pra­ti­que du prix libre se déve­loppe pour créer les condi­tions d’un autre rap­port à l’argent qui règne en maître dans notre société.

Il s’agit de mon­trer qu’au-delà des coûts de pro­duc­tion (tra­vail humain + matière pre­mière), Ce que nous consom­mons peut l’être sur d’autres bases que celles du profit finan­cier. Le prix libre est aussi une pra­ti­que de soli­da­rité dans le sens où cha­cune et chacun, quels que soient ses reve­nus, peut béné­fi­cier des mêmes ser­vi­ces.

Le prix libre impli­que aussi une notion de res­pon­sa­bi­li­sa­tion et d’entraide dans l’échange. L’orga­ni­sa­tion d’un prix libre néces­site un choix de non-sur­consom­ma­tion (récup, dons, prêt, etc.), du volon­ta­riat, de l’inven­ti­vité, de se serrer les coudes, de s’entrai­der, etc.

Dans le prix libre, ce n’est pas le ven­deur ou la ven­deuse qui fixe le prix, mais l’usager-ère : si il/elle a beau­coup, elle/il peut com­pen­ser pour ceux et celles qui ne peu­vent pas mettre beau­coup (ou pour la pro­chaine fois où il/elle sera fauché-e). Il ne s’agit pas d’arna­quer, mais de par­ti­ci­per à la hau­teur de ses moyens et de ses envies.

Le prix libre donne l’occa­sion d’un ques­tion­ne­ment : com­bien vais-je donner ? Quels sont mes moyens ? Quels sont les frais qu’occa­sion­nent la (re)pro­duc­tion d’une bro­chure, l’orga­ni­sa­tion d’un concert, etc. ? À quel point puis-je ou ai-je envie de par­ti­ci­per ? On s’éloigne ainsi d’une atti­tude pure­ment consom­ma­trice, où la somme qu’on donne est un geste rapide et machi­nal.


Le CCL... / visite / distro (( CD & viny­les )) / agenda


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre