Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > La Sociale (2002-2012) > 22 (décembre 2006) > Oaxaca... 30 ans avant

Oaxaca... 30 ans avant

vendredi 8 décembre 2006


En 1977, un conflit au départ uni­ver­si­taire s’étend à l’ensem­ble de la société du Oaxaca. D’autres pro­blè­mes sociaux, syn­di­caux, agrai­res et poli­ti­ques étaient en effet en jeu : conflit syn­di­cal des entre­pri­ses Oaxaca-Pacifique et Estrella del Valle où il exis­tait une grève, aug­men­ta­tions du tarif des trans­ports publics dans l’Isthme, arres­ta­tion de diri­geants pay­sans et urbains, etc. Une situa­tion dans laquelle il était impos­si­ble de gou­ver­ner dégé­néra en une situa­tion de forte divi­sion sociale. Le gou­ver­neur Manuel Zarate choi­sit alors la manière forte.

En février 1977, une mani­fes­ta­tion fut répri­mée à Juchitán. Plusieurs pay­sans furent assas­si­nés. A San Juan Lalana, la police d’état assas­sina des pay­sans qui pro­tes­taient face à la prison muni­ci­pale suite à l’arres­ta­tion de plu­sieurs habi­tants du vil­lage. Face à la situa­tion chao­ti­que exis­tante dans l’état du Oaxaca, le Congrès fédé­ral envoya une Commission de Législateurs pour mieux connaî­tre la situa­tion. Le 2 mars 1977, alors que cette Commission se trou­vait encore au Oaxaca, une mani­fes­ta­tion d’étudiants et de tra­vailleurs fut répri­mée par la police qui tira de manière sans dis­cri­mi­na­tion sur les mani­fes­tants. Il y eut deux morts et une dou­zaine de bles­sés par balles. Le 3 mars 1977, la ville fut pra­ti­que­ment occu­pée par l’armée. Le gou­ver­ne­ment fédé­ral obli­gea le gou­ver­neur à démis­sion­ner ainsi qu’aux rec­teurs uni­ver­si­tai­res de l’époque. Le gou­ver­ne­ment fédé­ral nomma alors un gou­ver­neur pro­vi­soire au sein de la Chambre des dépu­tés, le Général Eliseo Jiménez Ruiz.

Celui-ci venait de sou­met­tre la gué­rilla de Lucio Cabañas dans l’état voisin du Guerrero. Il appli­qua alors à Oaxaca une partie de ses métho­des, en par­ti­cu­lier un appa­reil répres­sif para-mili­taire connu sous le nom de "Brigade Blanche" (par­ti­cu­liè­re­ment active en 1977, 1978 et 1979) et qui pour­sui­vait les per­son­nes sup­po­sé­ment "sub­ver­si­ves" dans tout le ter­ri­toire natio­nal.

Des mil­liers de per­son­nes furent arrê­tées de manière illé­gale ; cer­tai­nes furent exé­cu­tées et d’autres res­tent dis­pa­rues. Ces faits font partie de ce que l’on a cou­tume d’appe­ler la "guerre sale" (dans les années 60 et 70).


2002-2020 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre