Lille:alternataire

> Lil·bertaria > Langue picarde et propagande anarchiste > L’Ascinsion (suite) : Inri l’cront tête monte au ciel

In Le Combat de Roubaix-Tourcoing, 1re année, n° 15 (3 juin 1906)

L’Ascinsion (suite) : Inri l’cront tête monte au ciel

jeudi 2 février 2023


Article paru dans Le Combat de Roubaix-Tourcoing 1re année, n° 15 (3 juin 1906).

Tous les abrutis ayant erchu les lettes d’invitation pour assister au départ d’Inri l’cront tête s’sont mis in route pou l’égliche du Mont-à-Leux, j’vas avec plaiji signaler aux lijeux du Combat, signaler inne paire de sociétés qui ont l’assisté au départ d’Inri pou l’Paradis.

L’départ, comme in sait, étot fixé à tros heures. À 2 heures 1/2 in vot arriver l’premi groupe, ch’est tous des garchons d’neuf ans, in avant, y a in p’tit garchon ; qui porte inne bannire avec s’l’inscription qu’tout l’monde lit avec tchuriosité :

Nous sommés de petits chrétiens
Victimes de la rue d’la Monnaie,
Par l’immonde Saint Flamidien,
Nous avons été contaminés.

Su i’bannire, y a aussi in grand portrait d’homme habihi inveuc inné jupe noire et y avot inne bavette blanque, in arôt vraimint dit in frère des Écoles catholiques.

L’deuzime groupé, ch’est l’groupe des mères chrétiennes du Brin-Pain condut par Monsi Fitaine, bin connu des Tourquégnons, y a même été jeué plusieurs piches de théate sur l’invitation des procureurs de Lille et d’Douai, pou li jeué ses piches, y ratira toudis des p’tits garchons avec li, les uns eh’étot pou figurer, les autres eh’étot pou dire qui avottent jeué des piches avec li dins des p’tits tcheux à l’brenne. S’groupe de mères chrétiennes a pris pou dompteur Monsu Fitaine pasque Vangrossbal II a fait condamner Inri l’cront tête.

Naturellemint, chaque groupe a sin drapeau ou bin s’bannire, su l’ceulle des mères chrétiennes, on lit cette devise :

Ch’est nous les mères chrétiennes
Du bon quarti du Brin-Pain.
ln a tchéusi poil dompteur’ Monsi Fitaine
Qui f’ra d’nos p’tits garchons des p’tits saints.

Su l’bannire in veyot in prêtre exposé comme martyr et tout l’tour d’li des p’tits garchons t’nant in livre tout grand ouvert, d’où qu’in pouvot lire, des comptes-rindus des proches d’cour d’assises.

L’trosime groupe, ch’est tout chin qui a d’pu propre (pardon d’pus sale) ch’est l’groupe des djaunes, n’sont po à gramint cha s’comprint, personne n’est amateur de salir avec des individus pareils, personne n’est amateur de s’mette avec des traites. Tchanque l’groupe arrive tout près d’l’égliche tout l’monde s’ertire d’eus comme d’la peste, tell’mint y sont répugnants, y a l’cras Lingliche avec Mathou, Eugène dit Liette, Défailli de l’rue des coulons, Kinfleur de l’rue d’Moscou qui porte l’drapeau d’jaune, Dinds dit Witche qui tint l’life d’ù qui sont inscrits tous les lâchetés commises par eusses depu qui ont fondé c’joli groupe de traites, rin que d’les wetti in vot qu’ch’est des êtres capables de trahir leu pères et leu frères pour inne paire de louis d’or, comme tout l’monde est ortiré d’eusses, in vol l’groupe au mitan de l’rue, in dirot vraimint in troupeau d’sales pourcheux prêts à ête vindu à l’abattoir, in vot l’drapeau d’jaune qui flotte inveuc s’l’inscription.

Vil troupeau de traîtres
Par les ouvriers, repoussés avec dégoût
Qui faison le jeu de nos maîtres.
Du pied nous devons être repousses à l’égout.

Infin j’pinse bin qu’elle assez comme
cha, y n’d’avo bin acore d’autes à signaler mais y n’d’ara plein l’journal, y et tros
heures tout l’mondo attind l’départ, tout d’in cop in vo apparaître l’virge (pardon
Marie Madeleine) tout lmnonde claque des mains, tchan que l’silence est rétabli
elle prononce ces paroles :

Mes chers apôtres.
En ce jour mémorable
Moi, et mon fils Inri
À tous les gens honorables
Nous avons lancé notre dernier cri
Aussitôt par tout le monde
Notre appel fut entendu
Depuis les traîtres —castes immonde
Jusqu’aux idiots confondu
Dans quelques heures avec Saint-Pierre
Inri sera assi au paradis
Heureux d’avoir subi le calvaire.
Et capter la confiance des abrutis
Après son départ « la gloire » .
Nous la chanterons dans nos taudis
Ce sera pour nous une gloire ,
D’avoir assister au départ d’Inri.

Après avoir li eu s’récit elle dit à les abrutis d’sabachis pour adorer l’Saint-Esprit qui va monter au ciel, tout d’suite les abrutis abaçh’te leu tête, Marie Madeleine sartourne sur Inri et elle dit y sont tertous abachi, laiche aller tin coulon Inri et t’heur invo, enn’paire de minutes après les imbéciles y élévent-le le tète et Mari’Madeleine dit in montrant l’coulon « y est la va qui s’in va, ché l’saint-esprit ».

Aussitôt tout l’monde queminche a é crii « vive Inri ! vive vive l’saint-esprit ! » pindant c’temps-là Marie-Madeleine s’in va’trouver Inri in dijan : tout d’même les gins y sont rud’mint bête d’croire que te sait eu d’transformer in coulon, et dire qui a acore des gins qui croitent à tous ces imbécilités, ché pou cha qh’les prêtres y ont raijon d’dire tant qu’les gins y s’ront abrutis par la religion in vivra heureux.

L’Petit Batisse.


2002-2023 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre