Lille:alternataire

> Lil·bertaria > Édito du n° 1 de L’Aminoir

Dans le n° 1 de L’Aminoir (mars 1980)

Édito du n° 1 de L’Aminoir

samedi 21 mai 2016

Cet article concerne le journal : L’Aminoir (Lille, 1980-1983)


Texte repris de Action directe, bul­le­tin édité par l’union locale de Lille de la Confédération natio­nale du tra­vail (CNT-AIT) n° 2 (mars 1980 : « Un nou­veau jour­nal de contre-infor­ma­tion vient de paraî­tre, selon l’expres­sion consa­crée “Aidez le à le faire vivre”. Nous en repro­dui­sons ci-contre l’éditorial »

Édito

Passer au laminoir : soumettre à de rudes épreuves
Larousse

Pourquoi ce jour­nal ?
—  Luttes dis­per­sées, par­cel­li­sées, spé­cia­li­sées, ponc­tuel­les ;
—  Découragement des indi­vi­dus, repli sur soi, iso­la­tion, absence de com­mu­ni­ca­tion.

Le jour­nal se veut un lien entre ces luttes régio­na­les, un lieu où nos aspi­ra­tions, nos pra­ti­ques, nos ana­ly­ses liber­tai­res se confron­tent, se recou­pent et s’accou­plent pour engen­drer ou éclaircir un « ici et main­te­nant » anar­chiste.

Nous avons l’ambi­tion d’être cela !

Notre projet n’est pas de créer le jour­nal d’une orga­ni­sa­tion, mais de se donner les moyens d’une infor­ma­tion dif­fé­rente, de passer au lami­noir l’idéo­lo­gie domi­nante et les idées reçues. Si nous refu­sons l’étiquette orga­ni­sa­tion­nelle, ce n’est ni par dog­ma­tisme froid, ni par peur pani­que du spec­tre du « parti », c’est sim­ple­ment une cons­ta­ta­tion de ce que nous sommes et de ce que sera le jour­nal : expres­sion libre et sau­vage d’un col­lec­tif, groupe d’indi­vi­dus voué à s’étendre ou à se res­trein­dre, caisse de réso­nance des luttes et événements locaux.

Pour cela, le canard com­pren­dra 3 axes :

  • Les informations générales : articles sur l’écologie, l’antimilitarisme, l’autogestion, répression, luttes…
  • Les informations régionales : « analyse » des principaux événements qui ont lieu dans la région, articles et annonces sur les activités des groupes et individus.
  • Un dossier sur un sujet précis.

Les formes d’expres­sion du jour­nal et des indi­vi­dus sont mul­ti­ples et nous comp­tons bien toutes les uti­li­ser : prose, des­sins, poé­sies, BD…

D’autre part, notre volonté est de réa­li­ser pour chaque numéro un tra­vail de recher­che, d’écriture et de mise en page qui soit le plus col­lec­tif pos­si­ble (ce qui ne fut pas vrai­ment le cas pour ce 1er numéro). Nous sommes cons­cients que cette der­nière ambi­tion est peut-être « uto­pi­que » : depuis 10 ans, on sait bien que tous les jour­naux de contre-info n’ont pas de lec­teurs pas­sifs et ont une équipe où véri­ta­ble­ment le tra­vail est col­lec­tif. Mais qu’importe échecs et sar­cas­mes ! Notre vision de le bimes­triel ne peut être séparé de notre pra­ti­que, de notre quo­ti­dien. Le jour­nal ne sau­rait donc être une ins­ti­tu­tion établie en 2, 5, 10 per­son­nes, tou­jours les mêmes, balan­çant régu­liè­re­ment leurs ana­ly­ses.


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre