Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > Plancton > Okiami - liste d’information > [transmis] Pink Bloc Queer et Féministe à la LGBTQIF Pride du 6 juin 2015 à (...)

[transmis] Pink Bloc Queer et Féministe à la LGBTQIF Pride du 6 juin 2015 à 13h & goûter / soirée / brunch des Flamands Roses

jeudi 4 juin 2015, par plancton


Bonjour,
Plancton vous trans­met cette invi­ta­tion au Pink Bloc Queer et Féministe des Flamands Roses pour la LGBTQIF Pride du 6 juin 2015 place de la répu­bli­que à Lille dès 13h, et d’autres invi­ta­tions des Flamands Roses.
Au plai­sir de vous y voir !

— -

Les Flamands Roses seront pré­sen­tEs à la marche des fier­tés de la Lesbian, Gay, Bi.e et Trans Pride ce samedi 6 juin à Lille et nous vous invi­tons à nous rejoin­dre pour notre Pink Block Queer et Féministe.

Le ras­sem­ble­ment a lieu dès 13h depuis la place de la République. N’hési­tez pas à en parler autour de vous et à rame­ner vos pan­car­tes, slo­gans et autres chants et paillet­tes !

PINK BLOCK QUEER FÉMINISTE - LES FLAMANDS ROSES 6 JUIN 2015 - MARCHE DES FIERTÉS DE LILLE

La les­bian and gay pride célè­bre chaque année les événements sur­ve­nus à New York il y a qua­rante-six ans : en 1969, dans le Stonewall Inn, un bar fré­quenté par des homos, des tra­ves­tiEs et des trans, des putes et des étrangèrEs, la clien­tèle refusa de se sou­met­tre à un contrôle de police de rou­tine. Ce refus tourna à l’affron­te­ment puis à l’émeute. Pour rendre hom­mage au cou­rage et à la déter­mi­na­tion des émeutièrEs de Stonewall, en affir­mant la fierté de notre com­mu­nauté LGBTQI, des mar­ches ont lieu chaque année à tra­vers le monde.

Aujourd’hui nous mani­fes­tons à la marche des fier­tés de Lille sous forme de Pink Block Queer et Féministe pour affir­mer notre oppo­si­tion aux normes de genre et à la vio­lence hété­ro­sexiste que nous impose la société actuelle. Nous ne sommes pas dans la rue pour servir de cible électorale aux éluEs ni de cible com­mer­ciale aux mar­chands.

Nous mani­fes­tons aujourd’hui contre les LGBTQI-pho­bies, qui sont la haine ou l’hos­ti­lité contre les per­son­nes LGBTQI et plus géné­ra­le­ment contre toutes celles qui ne cor­res­pon­dent pas aux normes hété­ro­sexis­tes d’orien­ta­tion sexuelle ou de genre. Elles peu­vent pren­dre diver­ses formes, des plus insi­dieu­ses aux plus bru­ta­les : dis­cri­mi­na­tions, propos vexa­toi­res, insul­tes, dif­fa­ma­tions, chan­ta­ges, vio­len­ces, agres­sions phy­si­ques, coups et bles­su­res, viols, meur­tres. Les LGBTQI-pho­bies se mani­fes­tent aussi sous forme inté­rio­ri­sée : haine de soi, condui­tes à ris­ques, mal-être notam­ment lorsqu’on se décou­vre homo ou trans et peu­vent conduire au sui­cide. Elles peu­vent se mani­fes­ter par­tout : en famille, sur le lieu de tra­vail, à l’école, dans la rue, par le voi­si­nage, etc.

ON VOIT LA VIE EN ROSE, PAS EN BLEU-BLANC-ROUGE :
NOS IDENTITÉS NE SONT PAS NATIONALES !

Alors que les reven­di­ca­tions LGBTQI sont évincées ou dis­cu­tées sans tenir compte de l’exper­tise des asso­cia­tions concer­nées, des orga­ni­sa­tions hété­ro­cra­tes, rétro­gra­des et fas­ci­san­tes vio­lem­ment mobi­li­sées contre nos droits et plus lar­ge­ment contre les outils de réflexion et de décons­truc­tion des iné­ga­li­tés socia­les liées au genre, sont reçues par le gou­ver­ne­ment ou des repré­sen­tants poli­ti­ques. Cela fait un an que ce gou­ver­ne­ment ne s’exprime plus en faveur de nos droits. Face à leur atti­tude muette, nous conti­nuons à nous battre pour la reconnais­sance de nos droits à l’égalité et dans la lutte contre ces dis­cri­mi­na­tions du quo­ti­dien.

La foca­li­sa­tion sur le mariage de ces deux der­niè­res années a laissé sur le côté toute une série de droits reven­di­qués par nos com­mu­nau­tés et notam­ment l’égal accès pour touTEs à la PMA et les droits des trans. Nous sommes furieu­SESx de cons­ta­ter la dis­pa­ri­tion, lors des débats publics, des reven­di­ca­tions des per­son­nes trans’ et le malaise que ces reven­di­ca­tions sus­ci­tent. Les pro­jets de loi les concer­nant tom­bent aux oubliet­tes ou sont élaborés sans concer­ta­tion avec les per­son­nes trans elles-mêmes et sans les asso­cia­tions trans. Nous exi­geons la dépa­tho­lo­gi­sa­tion des tran­si­den­ti­tés et le rem­bour­se­ment de tous les soins médi­caux des per­son­nes trans, la sup­pres­sion de la men­tion du sexe sur les docu­ments admi­nis­tra­tifs, le droit de chan­ger de prénom sur simple demande.

POURQUOI UN PINK BLOCK QUEER FÉMINISTE ?

En occu­pant la rue à notre façon, avec nos plumes et nos paillet­tes, avec notre humour, notre colère, et notre joie d’être ensem­ble, nous vou­lons dénon­cer et sabo­ter les normes et les vio­len­ces qui nous oppri­ment.

Nous sommes fémi­nis­tes car la lutte de libé­ra­tion des femmes nous donne des outils pour com­pren­dre et lutter contre les vio­len­ces sexis­tes que nous subis­sons (vio­len­ces conju­ga­les, viols, agres­sions sexuel­les, notam­ment).

Nous sommes aussi concer­nées par les rap­ports de domi­na­tion et d’oppres­sion de "sexe", de "race" et de "classe". Car notre iden­tité de genre ou notre orien­ta­tion sexuelle ne cons­ti­tuent pas toute notre vie, nous subis­sons et nous lut­tons aussi contre la pré­ca­rité, le racisme, le sexisme ou la séro­pho­bie.

Nous sommes queer parce que la société binaire actuelle vou­drait nous faire ren­trer dans des cases (homme-femme/ homo-hétéro) qui nous sem­blent trop étroites. Nos appa­ren­ces phy­si­ques, nos corps, nos vies amou­reu­ses, nos pra­ti­ques sexuel­les sont diver­ses, plu­riel­les et mou­van­tes.
Le terme queer (bizarre) est au départ uti­lisé comme une insulte homo­phobe dans les pays anglo­pho­nes, de la même façon que l’on dirait "pédé" en fran­çais. Pour ren­ver­ser cette vio­lence à notre encontre, nous choi­sis­sons de nous réap­pro­prier ce terme en reven­di­quant notre déviance vis à vis de la société actuelle et en reje­tant la honte : nous sommes trans’, biEs, pédés, goui­nes, nous sommes queer et nous sommes par­tout. Pour nous, être queer veut dire dépas­ser le sys­tème de domi­na­tion qui nous enserre dans des normes, en assu­mant des choix de vie, des iden­ti­tés, des sexua­li­tés, des rela­tions affec­ti­ves alter­na­ti­ves.

Nous reven­di­quons la liberté de nous défi­nir entre les deux pôles (homme-femme, homo-hétéro) de façon mou­vante et mul­ti­ple comme nous l’enten­dons. Nous reven­di­quons la liberté d’être nous-mêmes, de chan­ger, de deve­nir qui nous vou­lons, et d’y par­ve­nir comme nous l’enten­dons.

Nous ne sommes pas dans la rue pour donner une bonne image de nous-mêmes. Nous ne vou­lons pas nous inté­grer à la société actuelle, nous vou­lons la chan­ger. Nos plumes et nos paillet­tes ren­dent hom­mage à toutes celles et tous ceux dont le cou­rage et le mau­vais genre, n’ayant que faire de donner une bonne ou une mau­vaise image d’eux ou d’elles-mêmes, ont ouvert la voie vers l’égalité "réelle" de touTEs, en vue de laquelle nous, les­bien­nes, gais, biEs, trans, queers et inter­sexes, lut­tons encore.

Lille, le samedi 6 juin 2015

Les Flamands Roses

c/o Centre Lesbien Gai Bi Trans Queer Intersexe et Féministe J’En Suis, J’Y Reste 19 rue de Condé 59000 Lille
03 20 52 28 68
www.les­fla­mand­sro­ses.com - les­fla­mand­sro­ses chez yahoo.fr

  • Samedi 6 juin à 19h : Pique-nique des Flamands Roses au jardin Vauban et à partir de 22h : Soirée gratuite au J’En Suis, J’Y Reste
  • Dimanche 7 juin à partir de midi : Brunch au J’En Suis, J’Y Reste
  • Tata Bigoudi, l’émission qui défrise l’hétérocratie, par les Flamands Roses, tous les dimanches de 21h à 22h sur Radio Campus 106,6 FM ou www.campuslille.com

2002-2018 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre