Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > Plancton > Okiami - liste d’information > Manifestation contre la chasse aux pauvres, pour la reapropriation des (...)

Manifestation contre la chasse aux pauvres, pour la reapropriation des quartiers, des terres, et des moyens de productions

jeudi 5 février 2015, par plancton


Samedi 14 février 2015 à 14h
Grand Place de Lille
Métro Rihour

Quotidiennement l’Etat et les mul­ti­na­tio­na­les gèrent et amé­na­gent le
ter­ri­toire. Sous cou­vert d’uti­lité publi­que, ce qui est visé c’est plus
de crois­sance, de réduc­tion des terres culti­va­bles et d’espa­ces non
pro­duc­tifs. C’est tou­jours la pro­mo­tion du même mode de vie : allez plus
vite, consom­mer plus, pro­duire plus, contrô­ler tout. Les concer­ta­tions
et les dites « enquê­tes publi­ques » ne sont que de la com­mu­ni­ca­tion sur
des pro­jets déjà fice­lés par l’Etat, les entre­pri­ses et les
col­lec­ti­vi­tés ter­ri­to­ria­les.

La résis­tance à ces pro­jets impo­sés a pris ces der­niè­res années la forme
de luttes de ter­ri­toire. De Val Suza à Notre Dame des Landes, en pas­sant
par Sivens et d’autres luttes moins média­ti­ques, il s’agit tou­jours de
se dres­ser contre la course à la béto­ni­sa­tion et à la mar­chan­di­sa­tion de
nos espa­ces de vies. Mensonges média­ti­ques, procès, empri­son­ne­ment et
meur­tres sont les répon­ses de l’Etat aux oppo­sant.e.s.

Dans le Nord-Pas de calais, région déjà rava­gée par des siè­cles
d’indus­tria­li­sa­tion, la logi­que capi­ta­liste suit son cours. La ligne THT
Avelin-Gavrelle, le canal Seine Nord, la ferme des 1000 vaches, le grand
port de bou­lo­gne...par­ti­ci­pent de ce même « pro­grès ».
Ici aussi, l’emploi, le trans­port, la sortie de la crise et les énergies
et cons­truc­tion dites dura­bles ser­vent à noyer toute(s) contes­ta­tion(s).
A tra­vers cette ligne toute tracée, la sou­mis­sion de tous les partis
poli­ti­ques à l’injonc­tion capi­ta­liste, leur mépris affi­ché pour les
clas­ses popu­lai­res et la rési­gna­tion ambiante, font le jeu des idées
réac­tion­nai­res et des grou­pus­cu­les fas­cis­tes. Ces grou­pes et le FN sont
tout autant par­ties pre­nan­tes de ce jeu de mono­poly géant.

Plus loca­le­ment à Lille, Aubry appli­que la même recette de déve­lop­pe­ment
de la métro­pole : den­si­fier, homo­gé­néi­ser, chas­ser les pau­vres.
« L’euro­mé­tro­pole » lil­loise ne fait que suivre ses consoeurs euro­péen­nes
avec comme arme : la cons­truc­tion du Grand Stade, les pôles d’excel­lence
(Euratechnologie, Eurasanté...), ses machi­nes cultu­rel­les : Lille 3000,
Maison Folie, Centre Européen des Cultures Urbaines...

Dans les quar­tiers et mai­sons lais­sées à pour­rir, la Communauté Urbaine
et la Société Publique Locative (SPL) Euralille pour­sui­vent leur
conquête : Euralille 1, 2, 3, puis l’îlot Pépinière, son bail rural et
ses habi­tant.e.s dégagé.e.s, puis Ekla Life et ses famil­les roms
délo­gées. Pour enjo­li­ver tout ça, le nou­veau temple de la consom­ma­tion
Lillénium va pren­dre place sur les terres plom­bées de Lille Sud.
contact : manif14­fe­vrier chez riseup.net


2002-2018 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre