Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > GDALE (CGA) & GroMéLiFA > Communiqués : CGA - Solidarité avec les travailleurs-ses sans-papiers en (...)

Communiqués : CGA - Solidarité avec les travailleurs-ses sans-papiers en grève

samedi 12 décembre 2009


Face au racisme d’État, solidarité avec les travailleurs-ses sans-papiers en grève !

Aujourd’hui le racisme d’État s’affi­che dans toute sa splen­deur : Le pou­voir a média­tisé le « déman­tè­le­ment » de la « jungle » de Calais comme il a assumé par la voix d’Éric Besson l’expul­sion d’afghans, vers leur pays où l’État fran­çais fait pour­tant la guerre. Avec cette remise en cause, dans les faits, de ce qu’il reste du droit d’asile, l’État a fran­chi une nou­velle borne sym­bo­li­que dans sa pos­ture anti-immi­gré-e-s. L’Europe, sur pro­po­si­tion de la France, vient de faire adop­ter l’idée de char­ters euro­péens com­muns. Quelques déra­pa­ges ver­baux plus ou moins contrô­lés comme les « auver­gnats » d’Hortefeux com­plè­tent le triste décor du moment. Il est vrai, les pério­des électorales favo­ri­sent la course au popu­lisme le plus crade et l’acti­va­tion des réflexes xéno­pho­bes les plus vils, pour racler des voix.

Une nou­velle fois ce gou­ver­ne­ment agite un chif­fon rouge de l’iden­tité natio­nale pour occu­per l’espace média­ti­que et donner des os à ronger à ses « oppo­sants ». Mais au-delà de ges­ti­cu­la­tions électoralistes, ce climat délé­tère de plus en plus pesant sert aujourd’hui à affir­mer une idéo­lo­gie raciste et natio­na­liste ainsi qu’à faire oublier licen­cie­ments, chô­mage et le creu­se­ment des iné­ga­li­tés.

Des actions col­lec­ti­ves pour faire recu­ler l’État :

sou­tien aux tra­vailleurs-ses sans-papiers en grève !

Militant-e-s d’un monde sans fron­tiè­res, à iden­tité natio­nale nous oppo­sons la libre cir­cu­la­tion et la libre ins­tal­la­tion des indi­vi­dus. A ce titre, nous appor­tons notre soli­da­rité aux sans-papiers en lutte pour leur régu­la­ri­sa­tion, notam­ment aux tra­vailleurs-ses sans-papiers en grève. Depuis le 11 octo­bre der­nier, essen­tiel­le­ment en région pari­sienne, ils et elles se sont lancés dans une grève avec occu­pa­tions d’entre­pri­ses pour leur régu­la­ri­sa­tion. Aujourd’hui, cette grève sans pré­cé­dent qui réunit près de 5 000 tra­vailleurs-ses immi­gré-e-s sans-papiers, pèse sur le patro­nat et contraint l’État à lâcher du lest. Si cela montre que la lutte col­lec­tive et le rap­port de force assumé peu­vent faire recu­ler les gou­ver­ne­ments les plus rétro­gra­des il nous faut élargir la brèche déjà ouverte pour obte­nir plus qu’une régu­la­ri­sa­tion par­tielle ou caté­go­rielle.

Solidarité de classe contre iden­tité natio­nale

Les immi­gré-e-s ne sont pas res­pon­sa­bles des iné­ga­li­tés et des injus­ti­ces socia­les, mises en œuvre par les capi­ta­lis­tes et l’État qui en béné­fi­cient. Les immi­gré-e-s, comme nous et de façon ampli­fiée en sont des vic­ti­mes. Nous sommes toutes et tous sous la coupe des mêmes patrons et des mêmes poli­ti­ciens. Lutter avec les sans-papiers c’est affir­mer notre soli­da­rité de classe et par là même lutter pour défen­dre nos pro­pres inté­rêts.

Même nom­breux-ses et déter­miné-e-s dans la lutte, les sans-papiers ne pour­ront pas gagner s’ils et elles sont isolé-e-s. La répres­sion est bien là. Nous appe­lons donc à sou­te­nir toutes les ini­tia­ti­ves qui per­met­traient d’élargir et de ren­for­cer les luttes de tra­vailleurs-ses sans-papiers et de rendre effec­tive une soli­da­rité de classe.

Contre la culture de l’iden­tité natio­nale et contre cette société iné­ga­li­taire, nous vou­lons cons­truire une autre société liber­taire, égalitaire, soli­daire et auto­gé­rée, débar­ras­sée des États et des fron­tiè­res.

Le 4 décem­bre 2009

Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre