Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > La Sociale (2002-2012) > 29 (mars 2009) > Pour le fédéralisme libertaire !

Pour le fédéralisme libertaire !

vendredi 13 mars 2009


Depuis fin 2004, date de la rup­ture avec la Fédération Anarchiste (FA), le groupe anar­chiste de Lille s’est déve­loppé tant bien que mal et malgré le bou­le­ver­se­ment que peut être le départ d’une fédé­ra­tion. Coupé de son réseau, des apports que four­nit une orga­ni­sa­tion ; le groupe n’a pas pour autant baissé les bras et s’est recons­ti­tué ses pro­pres outils et après un temps de restruc­tu­ra­tion long et dif­fi­cile, s’est déve­loppé et a réussi à confir­mer son implan­ta­tion dans la scène mili­tante lil­loise.

En plus d’un jour­nal (très apé­rio­di­que pen­dant un temps !), de tables de presse et d’une émission de radio, le GDALE a peu a peu déve­loppé d’autres acti­vi­tés qui lui ont permis de péren­ni­ser son acti­vité (apéros-débats men­suels, pré­sen­ces dans des col­lec­tifs, bra­de­ries, contacts inter­na­tio­naux, appa­ri­tions dans les mani­fes­ta­tions…).

Après avoir fait le cons­tat qu’un chan­ge­ment était néces­saire pour nous et n’ayant jamais oublié l’inté­rêt du fédé­ra­lisme et la néces­sité pour un groupe anar­chiste de se déve­lop­per dans ce cadre, nous avons engagé l’année der­nière de lon­gues dis­cus­sions, et observé le pay­sage poli­ti­que anar­chiste fran­çais (orga­ni­sa­tions avec les­quels nous tra­vail­lions tou­jours à l’occa­sion) afin de réé­va­luer la pos­si­bi­lité de join­dre nos efforts à ceux d’autres cama­ra­des.

En 2002, une scis­sion s’était faite au sein de la FA et la Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) s’est formée. Au départ regrou­pe­ment de quel­ques grou­pes du sud-ouest de la France, la CGA s’est déve­lop­pée elle aussi et aujourd’hui occupe modes­te­ment une bonne moitié sud du ter­ri­toire fran­çais.

La CGA pra­ti­que actuel­le­ment un mode de fonc­tion­ne­ment (vote au ¾) et une poli­ti­que dif­fé­rente (pré­sence sur le ter­rain, réflexions sur l’anti-patriar­cat) qui nous ont semblé les plus en accord avec nos besoins et c’est pour­quoi nous avons décidé de l’inté­grer.

La pra­ti­que du fédé­ra­lisme liber­taire est une vielle tra­di­tion dans le milieu anar­chiste (bien que cer­tains choi­sis­sent d’autres outils). Elle permet aux grou­pes de mutua­li­ser leurs efforts et leur maté­riel, d’entre­te­nir des rela­tions et débats régu­liers avec d’autres mili­tant-e-s sou­vent confronté-e-s à des pro­blè­mes simi­lai­res ce qui ne peut rendre les actions que plus riches et grâce à ce par­tage de libé­rer du temps et de l’énergie pour l’action directe sur le ter­rain des luttes. L’unité peut lorsqu’elle se fait sur le mode liber­taire peut per­met­tre également une meilleure visi­bi­lité pour le projet de société que nous défen­dons.

Au delà des inté­rêts pra­ti­ques, le fédé­ra­lisme est pour nous impor­tant car nous tenons à déve­lop­per et pro­pa­ger dès aujourd’hui les modes d’orga­ni­sa­tion que nous envi­sa­geons pour la société future. Parce que nous n’atten­dons pas le grand soir, c’est aujourd’hui qu’il faut se doter de ces outils pour cons­truire. C’est par la pra­ti­que et l’expé­ri­men­ta­tion du fédé­ra­lisme liber­taire que celui-ci vit et s’enri­chit.

Aucune orga­ni­sa­tion ne sera jamais par­faite mais quand la struc­ture le permet, il faut tenter l’expé­rience et cons­truire avec les autres une orga­ni­sa­tion qui se rap­pro­chera le plus de ce que nous sou­hai­tons. C’est comme cela que l’on avance !

Le GDALE vous invite donc à nous rejoin­dre pour cette expé­rience !

Fédéralisme libertaire ?

Nous l’oppo­sons au cen­tra­lisme auto­ri­taire où les déci­sions sont prises par le haut, c’est à dire par un organe cen­tral. Le fédé­ra­lisme liber­taire est une asso­cia­tion de grou­pes auto­no­mes qui se coor­don­nent en établissant des règles com­mu­nes en congrès, lieu de la syn­thèse des volon­tés exac­tes des grou­pes. Celle-ci est portée par des man­daté-e-s (tem­po­rai­res et révo­ca­bles) et de façon impé­ra­tive (ce qui est dit est décidé par le groupe).
La fédé­ra­tion peut se doter de man­daté-e-s qui sont soumis-es aux mêmes prin­ci­pes et sous contrôle des grou­pes pour les­quels il ou elle rem­plit la fonc­tion.


2002-2017 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre