Lille:alternataire

> archéologie:alternataire > GDALE (CGA) & GroMéLiFA > Contre tous les États et toutes les Guerres !

Contre tous les États et toutes les Guerres !

samedi 17 janvier 2009


En mai der­nier, Israël fêtait ses 60 ans. Les bou­gies ont à Gaza la forme d’incen­dies géants. La farine du gâteau c’est la chair, le sang et les os des Palestien-ne-s explosé-e-s par les bombes. Après ces bombes, l’offen­sive ter­res­tre… bien­tôt les bull­do­zers ? Depuis le 27 décem­bre 2008 l’armée israé­lienne détruit Gaza et assas­sine ses habi­tant-e-s (le 17 jan­vier 2009, déjà plus de 1 200 mort-e-s et 5 200 blessé-e-s).

Ce n’est pas la pre­mière fois que l’armée israë­lienne fait couler le sang à Gaza, même si cette der­nière atta­que est par­ti­cu­liè­re­ment meur­trière. Se posant une fois de plus en vic­time, c’est la rup­ture d’une trêve par le Hamas qui est invo­quée. Cette trêve était tout de même un peu par­ti­cu­lière puis­que l’armée d’Israël main­te­nait depuis des semai­nes un blocus sur Gaza, confis­quant les droits de douane des pales­ti­nien-ne-s, et avait assas­siné der­niè­re­ment des mili­tants du Hamas. Encore une fois, la lutte contre l’orga­ni­sa­tion extré­miste et anti­sé­mite du Hamas jus­ti­fie l’oppres­sion et l’assas­si­nat de la popu­la­tion civile. Rappelons qu’à l’époque où Arafat et son Fatah étaient au pou­voir, les gou­ver­ne­ments d’Israël avaient uti­lisé pour les dés­ta­bi­li­ser ce même Hamas, orga­ni­sa­tion qui valo­rise d’une part la "charia", cet ensem­ble de règles de vie san­gui­nai­res, auto­ri­tai­res, sexis­tes, et d’autre part l’envoi de roquet­tes à l’aveu­glette sur les villes pro­ches de Gaza.

En réa­lité les gou­ver­ne­ments israé­liens ne veu­lent pas la paix avec les Palestinien-ne-s, mais le silence quant à leur poli­ti­que de colo­ni­sa­tion. Ce serait tel­le­ment plus simple pour ces gou­ver­ne­ments si les Palestinien-ne-s accep­taient d’aban­don­ner sans com­bat­tre leurs terres et leurs res­sour­ces, en se conten­tant d’être des citoyens de seconde classe en Israël. Ou mieux encore de la main d’oeuvre étrangère peu oné­reuse, à l’image des sans-papier-e-s en France que l’on peut faire tra­vailler illé­ga­le­ment, avec des salai­res négo­ciés dans la peur de l’expul­sion.

On veut nous faire avaler que le conflit israélo-pales­ti­nien est com­pli­qué, que l’expli­ca­tion de ces luttes serait reli­gieuse.

Il n’est pas néces­saire d’aller cher­cher si loin pour com­pren­dre qu’une entre­prise de colo­ni­sa­tion est depuis des dizai­nes d’années à l’oeuvre et que la guerre actuelle lui est essen­tiel­le­ment due. Les moyens mis en oeuvre sont d’ailleurs com­muns à toutes les guer­res de colo­ni­sa­tion : offen­si­ves mili­tai­res excep­tion­nel­les aujourd’hui, mais en période "nor­male", ce sont des empri­son­ne­ments mas­sifs, des tor­tu­res, des assas­si­nats et des humi­lia­tions en continu.

Il s’agit bien d’une logi­que poli­ti­que de domi­na­tion, sou­te­nue par les dic­ta­tu­res arabes et les Etats occi­den­taux,
qui orga­ni­sent la guerre des opprimé-e-s entre eux-elles. L’oppres­sion des popu­la­tions arabes, des deux côtés de la fron­tière, s’appuie également sur l’endoc­tri­ne­ment d’une bonne partie de la popu­la­tion israé­lienne, soudée par la peur qui agit comme un véri­ta­ble ciment iden­ti­taire au sein d’une société par ailleurs divi­sée. Les gou­ver­nant-es israé­lien-ne-s n’hési­tent pas à s’en servir pour légi­ti­mer la culture mili­ta­riste de l’Etat et pour jouer la carte sécu­ri­taire et natio­na­liste.

Nous ne devons pas nous perdre dans de funes­tes oppo­si­tions entre juif-ve-s et musul­man-ne-s, entre Israelien-ne-s et Palestinien-ne-s etc…
De telles logi­ques de tran­chées ne font qu’oppo­ser les popu­la­tions entre elles pour le compte de diri­geant-e-s peu scru­pu­leu­ses-x à uti­li­ser la super­sti­tion pour conso­li­der les idéo­lo­gies d’Etat (le sio­nisme en Israël) et de supé­rio­rité eth­ni­que. Tout cela n’est que haine et des­truc­tion ! La seule solu­tion, au delà de l’arrêt immé­diat de l’offen­sive et de l’envoi de roquet­tes, réside dans l’appren­tis­sage de la connais­sance d’un « autre » (qui vit juste à côté, le ter­ri­toire est tout petit). Et sur­tout dans la prise de cons­cience des inté­rêts com­muns de chacun-e-s à se battre contre les diri­geants et exploi­teurs des deux camps. Des orga­ni­sa­tions comme les "Anarchistes contre le mur" dépas­sent dès aujourd’hui, sur le ter­rain, et dans l’action directe, les dis­cours de peur et de mort, ainsi que la divi­sion du monde en camps ima­gi­nai­res.

Supprimons les armées, pour supprimer la guerre !

Remplaçons les Etats et les frontières par la libre coopération des individu-e-s, quelles que soient leurs origines, et oeuvrons pour la révolution libertaire internationale !

Témoignages des Anarchistes Contre Le Mur

Les “Anarchistes contre le Mur” sont des israé­lien-ne-s qui lut­tent depuis 2003 avec les pales­ti­nien-ne-s contre la cons­truc­tion du mur de sépa­ra­tion entre Israël et les ter­ri­toi­res pales­ti­niens.

Gaza, les atro­ci­tés se pour­sui­vent, la résis­tance aussi

06.01.2009 - SOLIDARITÉ A JAFFA
Mardi 6 jan­vier, entre trois et quatre cents habi­tant-e-s de Jaffa se sont ras­sem­blé-e-s pour une nou­velle mani­fes­ta­tion contre la guerre (la troi­sième à Jaffa depuis le lan­ce­ment il y a dix jours de l’offen­sive mili­taire). Juif/ve-s et Palestinien-ne-s ont exprimé ensem­ble un mes­sage de résis­tance et de soli­da­rité avec des chants et des pan­car­tes en arabe et en hébreu. Cette mani­fes­ta­tion — forte, énergique et auto­no­mi­sante — est un autre maillon qui ren­force la chaîne de la résis­tance contre Israël et ses crimes de guerre à l’inté­rieur de ses fron­tiè­res. Les mani­fes­tants se sont dis­per­sés après deux heures sans inci­dent malgré le grand contin­gent de poli­ciers anti-émeute amas­sés à proxi­mité.

NI’ILIN PLEURE, MANIFESTE, RÉSISTE - 07.01.2009
Mercredi matin, des acti­vis­tes israé­lien-ne-s et inter­na­tio­na­les/ux se sont joint-e-s aux habi­tant-e-s de Ni’ilin pour une courte mani­fes­ta­tion, mené-e par les ado­les­cent-e-s, contre Israël et l’expro­pria­tion de plus d’un tiers des terres agri­co­les du vil­lage, ainsi que contre le siège et la guerre à Gaza. Depuis que les luttes contre le Mur ont com­mencé, Ni’ilin a vu 4 de ses jeunes abattu-e-s par l’armée israé­lienne et la police (deux d’entre elles/eux la semaine der­nière) et de nom­breu­ses/x autres blessé-e-s, le couvre-feu et toutes sortes de puni­tions col­lec­ti­ves impo­sées, l’essai de nou­vel­les armes, des incur­sions et des arres­ta­tions effec­tuées de nuit, etc. — mais ses habi­tant-e-s sont plus que jamais déter­miné-e-s à résis­ter à la confis­ca­tion des terres par Israël et à l’occu­pa­tion mili­taire. Des mani­fes­tant-e-s pales­ti­nien-e-s por­tant des dra­peaux ont tenté d’aller sur leurs pro­pres terres, mais peu après avoir atteint la zone des col­li­nes de plan­ta­tions d’oli­viers du vil­lage, l’ensem­ble de la mani­fes­ta­tion a été atta­qué par les trou­pes israé­lien­nes. Les soldat-e-s, trop pro­ches pour être en mesure de tirer leurs bombes de gaz lacry­mo­gè­nes selon les tra­jec­toi­res en cloche pré­co­ni­sées, ont visé direc­te­ment les mani­fes­tant-e-s, qui ont dû s’abri­ter der­rière les arbres et les rochers des bor­du­res. La mani­fes­ta­tion s’est ensuite trans­for­mée en une bataille rangée entre les trou­pes qui tiraient des car­tou­ches de gaz lacry­mo­gène depuis deux posi­tions dif­fé­ren­tes, et les jeunes de Ni’ilin pris en étau, qui répon­daient avec des fron­des, ainsi que quel­ques pétard. Un garçon a subi des bles­su­res mineu­res à la jambe dues à une car­tou­che de gaz lacry­mo­gène.

TEL AVIV : SILENCE ÉGALE COMPLICITÉ - 07.01.2009
Le mer­credi soir, plus de 50 ani­fes­tant-e-s se sont ras­sem­blé-e-s au centre de Tel Aviv pour faire enten­dre publi­que­ment l’autre ver­sant de l’his­toire, pure­ment et sim­ple­ment ignoré ou mini­misé par les médias qui sèment le « brouillard de la guerre poli­ti­que » : l’appau­vris­se­ment et la faim pro­vo­qués dans la bande de Gaza par des années de siège, les cen­tai­nes de mort-e-s, la ter­reur et la dévas­ta­tion cau­sées par l’atta­que d’Israël.
Sous une légère pluie, des acti­vis­tes repré­sen­tant divers grou­pes mili­tants ont tenu haut leurs ban­niè­res, en criant à pleins pou­mons des slo­gans pour la fin de la tuerie. Le cri "les citoyen-ne-s sont trompé-e-s - les mis­si­les ne sont pas la sécu­rité !" a été entendu par toutes les voi­tu­res et les piéton-ne-s pas­sant par l’’inter­sec­tion très animée de la rue King George et du Boulevard Ben-Tzion.

d’après : http://ocli­ber­taire.free.fr/spip.ph... et http://awalls.org/atro­ci­ties_conti­nue

GDALE - Groupe D’Anarchistes de Lille et Environs.

- contact mail : 1grou­pea­nar­lille chez no-log.org
- site web

Le tract en PJ

titre documents joints


2002-2021 | Site réalisé avec SPIP | Suivre la vie du site RSS 2.0 | squelette | | Plan du site | logo Lautre